La place des médias sociaux dans ma vie

Ces temps-ci, je me questionne énormément sur la présence des réseaux sociaux dans ma vie. C’est fou à dire, mais je suis super active sur Instagram depuis plus de 6 ans.

6 ans à partager presque toute ma vie sur les internet, des fois je peux vous dire que j’ai un deux minutes en pensant à quel point beaucoup de gens me connaissent et savent ma vie à cause de tout ce que je partage. 8 165 abonnés… j’ai peut-être une centaine de personnes qui me connaissent vraiment là-dedans? Mais au fond, ce que je me demande c’est : pourquoi je partage tout ça avec vous? Oui je le fais parce que j’aime ça, j’aime vous faire découvrir des choses et parler avec vous. On dirait que ça fait maintenant parti de moi, mais à quel point tout ça est sain? Ça ne paraît peut-être pas, mais ça peut devenir ultra stressant de s’exposer autant et de devoir partager du contenu régulièrement, surtout parce que tu t’exposes au jugement des autres derrière un écran. Je sais, je ne suis pas obligé, mais on dirait que je me mets une énorme pression à le faire et à continuer de vous montrer tout ce que je fais, où je vais, ce que je mange, ce que je bois, ce que j’achète. J’exagère, je ne vous montre vraiment pas tout, mais vous comprenez ce que je veux dire. Je m’assure de partager que du contenu naturel, qui me représente et qui va avec mes valeurs à 100% ET pour moi c’est super important et ça devrait l’être pour tous les créateurs de contenu. Avec le temps, j’ai appris à me mettre une certaine limite et il y a des choses que je préfère garder pour moi et j’ai appris à lâcher mon cell quand je suis avec certaines personnes, c’est juste tellement une question de respect. Pourquoi partager ton moment avec tout le monde sur Instagram quand tu peux le vivre à 100% avec les gens qui sont avec toi? C’est là où je veux en venir.

C’est rendu au point où je me suis déjà demandé si je vivais vraiment le moment présent ou si je vivais juste pour partager ma vie avec tout le monde?

Je crois que c’est important d’en parler et je ne suis pas la seule à me sentir comme ça. J’apprends tranquillement à déconnecter et vous ne savez pas à quel point ça me fait du bien.